6 conseils pour celles qui n’aiment pas être enceinte et qui culpabilisent après un traitement PMA.

6 conseils pour celles qui n’aiment pas être enceinte et qui culpabilisent après un traitement PMA.

On vous présente souvent la grossesse comme un paradis dans lequel les femmes ne peuvent que s’accomplir et s’épanouir. Eh bien, je vais vous dire une chose qui peut étonner certaines femmes : ce n’est pas la vérité ! En tout cas, pas pour toutes.

La découverte de la réalité peut être parfois violente. J’en ai fait l’expérience. Les futures mamans n’osent pas avouer leur mal-être pendant la grossesse et se mettent à culpabiliser.

Alors là, les filles je vous STOP ! N’écoutez pas et ne regardez pas les autres femmes se goinfrer de bonheur avec leurs yeux remplis d’étoiles quand elles parlent de leur grossesse 🤩

Je vous donne 6 conseils qui peuvent vous aider à ne pas empirer les choses.

CONSEIL N°1 : Mettez des mots sur vos maux.

Une grossesse est un gros bouleversement au niveau psychique, physique et émotionnel pour la femme – et pour l’homme soit dit en passant.😉

Essayez de définir ce qu’il ne va pas. N’attendez pas que la coupe soit pleine ! Puis essayez de comprendre pourquoi ça ne va pas. De comprendre quels sont vos besoins de femmes enceintes.

Posez-vous ce genre de questions : qu’est-ce qui vous met dans cet état-là ? Suis-je heureuse d’être enceinte ? Pourquoi suis-je triste ? Qu’est-ce qui pourrait m’aider à me sentir moins stressée ? Qu’est-ce que j’aime faire en tant que femme enceinte ?

CONSEIL n°2 : Parlez de vos angoisses et de vos besoins avec votre conjoint et vos proches.

Il n’y a pas de honte à être mal enceinte ! Les couples qui attendent un enfant ont besoin d’exprimer leurs attentes, leurs peurs, leurs pensées et leurs émotions sans se sentir jugés.

Assurez-vous de recevoir un soutien et une assurance en début de grossesse pour vous rassurer. Les premiers jours et les premières semaines d’une grossesse par FIV peuvent être difficiles et très anxiogènes suivant votre parcours.

CONSEIL n°3. Calmez votre activité mentale.

Révisez vos priorités. Votre santé mentale et physique devrait être votre priorité. On me l’a dit 40 000 mille fois et pourtant…

Simplifiez-vous la vie. Faites-vous livrer vos courses. Diminuer vos obligations, dites NON à ce qui ne vous fait pas du bien….Ne vous forcez pas !

Hiérarchisez votre agenda ! Demandez-vous ce qui est important et ce qui l’est moins, ce qui peut attendre et ce qui est urgent.

Diminuez vos exigences : réfréner sa volonté d’en faire trop. Et oublier la phrase : j’en profite avant que le bébé ne soit né ! Je suis spécialiste de cette phrase 😉

CONSEIL n°4 : Apprenez à gérer votre anxiété.

N’hésitez pas à vous faire accompagner pour gérer votre stress (coach, sophrologue, acupuncteur ou un autre praticien).

En attendant je vous donne 3 clés pour gérer votre stress et votre anxiété :
. Apprenez à gérer vos émotions (>> Lisez ceci)
. Reconnectez-vous à votre environnement. Regarder autour de soi, toucher les matières, sentir les odeurs, écouter les sons, goûter un fruit sont autant de façon d’arrêter le mental et donc de cesser d’alimenter des pensées négatives.
. Changez votre angle de vue par la dissociation.
Cela consiste à prendre de la hauteur par rapport à la situation. Imaginez que vous sortez de votre corps. Allez toucher les étoiles et observez la situation d’en haut.
Oui je sais, ça à l’aire loufoque mais à force d’entrainement ça marche !

 

CONSEIL N°5 : Recentrez-vous sur vous, vos besoins et votre bébé.

Mettez en place des choses qui vous font du bien. Levez le pied et prenez du temps pour vous et pour votre bébé. Cela va vous permettre d’apprivoiser votre grossesse. 

Suivez l’évolution de la grossesse sur une application ou un carnet pour rester dans le moment présent.

Prenez rendez-vous avec votre bébé, par exemple le soir quand vous êtes au calme. Massez votre ventre et parlez avec votre bébé. Dites-lui ce que vous ressentez. Rassurez-le sur votre amour pour lui. Vous allez commencer à développer un lien affectif avec votre bébé. Mais si vous êtes au bout du rouleau 🙂 c’est important pour lui et pour vous déculpabiliser.

CONSEIL N°6 : Faites-vous accompagner par un expert si vraiment vous vous sentez mal.

Si vous pensez souffrir de dépression prénatale, n’hésitez pas à en parler à un expert, qu’il s’agisse d’un gynécologue, d’un thérapeute, d’un médecin de famille ou d’une sage-femme. Ils surveilleront votre état et décideront du traitement approprié.

Obtenir l’aide dont vous avez besoin rendra votre grossesse beaucoup plus agréable, vous améliorez à créer des liens avec votre bébé et à devenir la meilleure mère possible.

Allez les filles, tout va bien se passer ! Ça ne va pas durer et bientôt vous serez maman.

N’oubliez pas ! 
🤮 Vous n’êtes pas obligée d’aimer être enceinte.
🤱Vous serez quand même une bonne mère.
💩 Vous n’êtes pas seule à vivre une grossesse de merde.
🧟‍♂️ Et ce n’est pas parce que vous vivez mal votre grossesse que votre enfant sera déprimé !

NE CULPABILISEZ PAS ! Je sais que vous faites au mieux pour vous et votre bébé 😉 Et ça c’est énoooorme 🙂

6 conseils pour celles qui n’aiment pas être enceinte et qui culpabilise après un traitement PMA.
anna-hecker-unsplash

Fermer le menu
×